Auto-edition.com Info en 1 clic
Etre vraiment indépendant Vendre des livres en papier et numériques -->
Le guide de l'auto-édition,
papier et numérique
livres essentiels

Suivant votre niveau
Roman Théâtre Essai

Livres conseillés
Auto-edition.com La boutique
Accès
La boutique 

Auto-edition.com
Menu clarifié 

Pourquoi être aussi éditeur ? auto publication ebook et papier - le choix de l'indépendance, être publié


AUTO-EDITION
formalités
(guide pratique)

Protéger une oeuvre écrite
Différentes formes d'Edition
Pourquoi être aussi éditeur
La composition du texte
Avant l'édition ISBN...
Le choix d'un imprimeur (+ DEVIS GRATUIT)
Formalités légales après l'édition DEPOT...
La vente
Faire soi-même : la réponse (préface d'un livre publié en 1997)
Auteurs références
Histoire de l'auto-édition

Choisir son imprimeur

 DEVIS GRATUIT

Annuaire SITES auteurs auto-edités

 Consulter
 Ajouter votre site

ATTENTION... Arnaques

 Surveillance des pratiques déconseillées
 Sites internet EDITEURS EDITION

DIVERS

Annonces Gratuites
Acheter des livres (nouveautés et anciens)
Prix littéraire
hymne à l'auto-édition (Jacques Brel)
sites partenaires

Stéphane TERNOISE créateur du site et militant de l'auto-édition
abonnez-vous ! Média indépendant, gratuit, plus de 74 589 abonnés : Le Webzine Gratuit
CONTACT Copyright
ACCUEIL www.auto-edition.com

Pourquoi être aussi éditeur ?



Pourquoi refuser d'enricher des hommes installés dans les grandes fortunes du pays (Gallimard, Lagardère...) et "leurs amis" les libraires traditionnels ?


1) L'envoi aux éditeurs classiques (grands, moyens et petits) s'est soldé par des refus


Il convient alors de se poser des questions essentielles avant d'opter pour l'auto-édition :

- Les éditeurs contactés correspondaient-ils à l'oeuvre ?

- Faut-il continuer la recherche d'un éditeur ?

- Faut-il réécrire l'oeuvre ?

- L'oeuvre ainsi achevée mérite-t-elle d'être publiée ?

Même si l'idée dérange l'ego : il faut souvent réécrire un texte refusé par l'ensemble des éditeurs ; comme dans toutes les règles, il existe des exceptions...



2) L'envoi aux grandes maisons d'édition et leur refus


Faut-il passer par un petit éditeur ?



Il ne fait pas bon être petit éditeur de nos jours ! Les médias ont peu de considération pour eux. Les libraires préfèrent travailler avec des éditeurs qui assurent du chiffre, des ventes rapides.



Donc à quoi bon avoir un petit éditeur ? A être édité, à être dans le monde de l'édition. Pour l'honneur ! Souvent pour entrer dans le monde de l'édition. Mais pas en vivre... Avoir un petit éditeur, c'est être obligé de conserver une activé annexe.

En cas d'activité annexe, cette voie peut être préférable à une autoédition à laquelle l'auteur n'aura pas le temps d'accorder un temps suffisant pour effectuer la promotion.

Attention : les "petits éditeurs" font souvent... faillite... mais celà peut servir... à OBTENIR une bourse d'un CENTRE REGIONAL DES LETTRES !... alors qu'en auto-édition, pour ces gens-là, vous n'existez pas (en tout cas en région Midi Pyrénées de Martin Malvy)
Voir CRL (Centre régional des Lettres) Midi-Pyrénées




3) Le refus de l'édition classique.


Les droits d'auteur se négocient traditionnellement de 8 à 12%, couramment les mille premiers exemplaires vendus ne donnent droit à rien, servent à couvrir les frais fixes de l'éditeur. Alors que l'auto-édition, dès quelques centaines d'exemplaires vendus devient RENTABLE

Etre son propre éditeur permet de vendre sans intermédiaire. Cette démarche se rencontre plus souvent dans la musique mais comme dans la musique, pour en vivre (et non pour se faire plaisir en sortant un bouquin de temps en temps tout en ayant des revenus annexes) il faut DU TEMPS et du SERIEUX

La liberté, l'absence de contrôle rédactionnel, a son revers : pas de "relectures" (attention aux fautes), pas de réseau de distribution (c'est souvent le cas aussi chez les petits éditeurs), un a priori défavorable chez les journalistes et lecteurs.

MAIS C'EST AUSSI : UN CHOIX DE VIE...




Notez votre commentaire

-- le 15 septembre 2013 à 19 : 02
écrit par avis : Il est vrai que les mélias ne font guerre attention a de petites maisons d’éditions, mais pour certaines cela permet pour l’éditeur et l’écrivain de créer une relation de confiance, plus rapproché et un suivi plus poussé je pense, aujourd’hui les petits éditeurs essayent de mettre en avant l'auto publication aussi !

-- le 02 mai 2013 à 09 : 03
écrit par :
J'adore ! L'édition est un métier alimentaire !...
Les libraires préfèrent travailler avec des éditeurs qui assurent du chiffre, des VENTRES rapides.

-- le 10 janvier 2013 à 15 : 30
écrit par céline : ça fait quelques années que je connais votre site et je tenais à vous remercier pour vos informations.
Je sais maintenant que le droit de prêt est organisé par la loi du 18 juin 2003.
Qu'elle a créé un droit à rémunération pour l’auteur au titre du prêt de ses livres dans les bibliothèques.
Une rémunération que l’auteur partage avec l'éditeur.

Si nous étions nombreux à nous indigner peut-être que tout cela changerait...



Chapitre précédent             Chapitre suivant : La composition

AUTO-EDITION
Le guide
Le forum
Affaire au TGI de Paris
Ebooks enjeux
EBOOK le guide de l auto-édition numérique en France...
Vous avez sur le site, des annonceurs qui ne sont pas gérés par le site, donc aux propositions peut-être en opposition à l'auto-édition.
Des sites à découvrir en 2010.
2016
Ce qu'il faut lire
sur l'auto-édition
.
Auto-edition. com : les écrivains Vivre de sa plume et non engraisser des éditeurs
Auto-édition : hymne sur un air de Jacques Brel... LA VIDEO :

La chaîne youtube des indépendances, créée par Ternoise en juillet 2016. Abonnement gratuit :